AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dance with me. [ R]

Aller en bas 
AuteurMessage
Addisyn Wilkinson

avatar

Nombre de messages : 30
Humeur : GREAT

WANNA DANCE WITH SOMEBODY
Statut: Professeur
Danses pratiquées: Flamenco
Affinités:

MessageSujet: Dance with me. [ R]   Dim 3 Mai - 19:45




    Il devait être dans les environs de dix heures du soir et je n’arrivais pas à dormir. Je me levais de mon lit, prenait une jupe de flamenco, me l’enfilait et prenait mon débardeur par la même occasion. Je n’allais pas prendre les chaussures, de peur de faire trop de bruit étant dans la salle. J’optais alors pour mes chaussons de danse. J’ouvrais la porte de ma chambre doucement et je me glissais à l’extérieur. Il n’y avait pas un bruit et je me sentais un peu idiote d’être la seule debout à cette heure-là. Je marchais essayant de ne pas faire grincer les planches du sol. Un quart d’heure d’après j’arrivais à la salle de danse. Oh non, j’avais oubliée mon CD, quelle tête en l’air ! J’hochais négativement la tête pestant contre moi-même. Néanmoins en faisant tomber une pile de Cd’s sur mon passage, oui j’était maladroite de temps en temps. Je tombais sur un Cd’s de Kill Bill et je tombais sur « Don’t let me be misunderstood ». Certes ce n’était pas une musique traditionnelle mais elle avait ce rythme de flamenco qui me plaisait. Je mis alors le CD dans la chaine-hifi et me laissais porter par le rythme de la chanson. Mes mains soulevaient le pan de ma jupe et créer des arabesques, lorsqu’il y avait des claquements de main répétés de zizaguait et tourner sur moi-même. Mes mains s’élevait dans le ciel et étaient proches de ma tête. Elle descendait en créant une jolie forme, des mouvements sensuels. Le refrain retentissait, je ressentais l’adrénaline en moi et mon corps ondulait au son de la musique. Mes cheveux virevoltaient malgré le chignon que j’avais fait. Le pan de ma robe bougeait sans cesse. Je faisais comme si il n’y avait rien autour de moi et je ne vis pas une personne me regarder à travers la vitre. J’étais concentrée sur moi et ma danse que je regardais dans le miroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicente H. Lazaridis
FREAKYADMINDon't play mastermind with me, i'll win.
avatar

Nombre de messages : 96
Humeur : FUCKED UP

MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   Dim 3 Mai - 22:47

    Quelle chienne de vie, se dit Vicente en se levant de son fauteuil. Il venait de terminer son livre de Victor Hugo, Les Misérables. Tout ce romantisme lui avait donné mal au coeur et il avait bien besoin d'un petit verre de fort. Avant, il en prenait à probablement tous les soirs, et bien plus qu'un petit digestif. Des bouteilles complètes, parfois, qui le poussaient à commettre des actes regrettables. Par chance il vivait seul, car il n'aurait pas tardé à l'être de toute façon. Vicente avait toutefois su se sortir de cet enfer que la dépendance vous offre quand elle vous tient par la main. Maintenant, il ne buvait que de temps à autre, pour décompresser et relaxer. Ce fut donc son rhum importé de Cuba qui se versa dans un verre. Il le but d'un trait, plissant les yeux en sentant le liquide brûler sa gorge. Il reposa la bouteille dans l'armoire sous son bureau et regarda les aiguilles de l'horloge qui indiquaient dix heures. Vicente était loin d'être fatigué, étant un insomniaque réputé. Il prit donc son veston noir et l'enfila par-dessus sa chemise blanche avant d'aller déambuler dans les couloirs. Il passa les dortoirs et arriva dans l'aile des cours de danse. Souvent, il allait s'asseoir dans ces grands salles, sur ces planchers en bois franc, et fixait les miroirs en s'y perdant comme dans un autre monde. Il repensait à trop de choses à la fois, mais contrairement à d'autres, il avait besoin de ressasser le passé, de temps à autre. Il comprenait alors qu'il avait réussi sa vie, malgré tous les bâtons qu'on lui avait mis dans les roues. Son père, son ancienne petite amie, la vie en générale. Vicente tendit l'oreille quand il entendit son disque de musique en train de jouer dans une des salles de répétition. Il avait laissé ses albums sur l'étagère, près du système de son. Sinon, il les oubliait toujours à sa chambre et arrivait en retard à ses cours. Vicente reconnu Don't let me be misunderstood, une chanson qu'il n'avait jamais été capable de danser mais qu'il se plaisait à écouter. Il se planta devant la vitre de la grande salle et ne pu retenir un sourire en coin en voyant Addisyn, la professeur de flamenco. Même aussi tard, elle était d'une beauté naturelle à vous en couper le souffle. Ses cheveux blonds ondulés retombaient de son chignon négligé, virevoltant dans les airs. Ses pas résonnaient dans le couloir malgré la porte fermée, et ses claquements de main ajoutaient un rythme à la musique. Elle dansait comme un ange descendu du ciel, mais ça, Vicente s'efforçait de l'ignorer. Il ne faisait plus confiance aux femmes, et même si Addisyn ne dégageait que de la bonté, ce n'était qu'une couverture. Il allait tourner les talons et s'en aller, mais quelque chose le retint. Ses doigts glissèrent le long de la porte, hésitants, puis empoignèrent la poignée. Sa paume la tourna et il poussa légèrement dessus pour l'entrouvrir. Addisyn le remarqua, sa vision dérangée par cette intrusion, et lui sourit. Vicente se dirigea vers le système de son et en arrêta la musique. « Drôle d'heure pour le flamenco. Drôle de musique aussi pour le faire. Décidemment, tu me surprendras toujours. » Il la nargua du regard, moqueur.

_________________

    she’s strong, pushes on, can’t slow her down
    and she can take anything life dishes out
    there was a time, back before she was mine
    there's this time when I thought I was tough
    ©️ DA•SVITANIA - SILK STOCKING - TOUGH.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Addisyn Wilkinson

avatar

Nombre de messages : 30
Humeur : GREAT

WANNA DANCE WITH SOMEBODY
Statut: Professeur
Danses pratiquées: Flamenco
Affinités:

MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   Lun 4 Mai - 14:00

    Je dansais, je tourbillonnais sur moi-même, mes bras se balançaient, mon corps se cambrait. J’étais en parfaite osmose avec la musique qui m’a bien surprise, je l’avoue au début puis après je me la suis appropriée. Il faudrait dire que normalement tout bon danseur, danse sur n’importe quelle musique, même si après on préfère telle ou telle variété de musique. Le flamenco était ma vocation, sans la danse je ne pourrais pas vivre, elle donnait un sens dans ma vie, c’est un bon moyen de canaliser son énergie. Je me rappelais que j’avais du arrêter mes études voulant à tous pris devenir professeur de flamenco. Mes parents me soutenaient car ils avaient foi en moi et résultat je me donnais à fond sans cesse, passant des nuits blanches à répéter. Je prenais très à cœur mon rôle d’enseignante au Conservatoire de la Soledad. J’avais une chance inouïe de faire partie de cette équipe. Certain n’ont pas pris ma danse en option, je ne peut pas être déçue, car certain ne la connaisse pas, alors je pratique aussi quelques cours particuliers qui leur fait découvrir cette danse venant d’Europe. Je me concentrais ne me laissant pas distraire par le bruit qui m’entourait.C’est alors qu’un bruit attira mon attention, la cadence de mon cœur venait de s’accélérer car il venait de reconnaître celui qui était entrain de rentrer. Mon cerveau mit quelques minutes à le reconnaître car je n’avais pas encore posé mon regard sur celui-ci. Surprise ! C’était Vicente, l’un des professeurs de cette école qui enseignait le fox-trot. J’avouais que je n’avais jamais entendue parler de cette danse et que je serais ravie de pouvoir m’exercer à ce type de danse. Avec l’allure qu’il avait, on pourrait croire que c’était un rockeur, mais en plus sexy. Je plongeais mes yeux dans les siens qui étaient d’une couleur que je n’arrivais pas à distinguée ce qui les rendait encore plus attrayant. Je lui souriais et le regarder marcher dans la pièce jusqu'à la chaîne hi fi. Je croisais les bras et le regarder faire. Je levais alors les yeux au ciel et je le rejoignais. J’ouvris alors le boîtier et mit le Cd. Entre temps Vicente me parlait. J’étouffais un léger rire. Je lui jetais un regard amusé. « Nous ne somme pas dans une école de danse pour rien Vicente. Puis il n’est jamais trop tard pour assouvir sa passion. » Je regardais alors derrière le boîtier et je vis une étiquette avec l’écriture de Vicente que je reconnaissais trop peu. « Hum..Je n’avais pas vu que ce boîtier t’appartenait, seulement j’ai oublié le mien donc j’ai pris ce qui me passait sous la main et je suis tombée sur le tien. Tu ne m’en veux pas ? » J’accompagnais mes phrases d’un léger sourire. Son regard était déstabilisant. Je me demandais comment j’avais fait pour subir ça quand je lui apprenais le flamenco. Je me penchais légèrement pour prendre la télécommande et la ranger. Je refermais le boîtier et le mit au dessus de la pile de CD. Je me relevais et mettais mes mains sur le bas de mon dos proche de mes hanches. « Te surprendre ? En voilà une bonne surprise. » J’en profitais pour remettre quelque mèches rebelles derrière mes oreilles et lui sourire. « Puis-je savoir pourquoi monsieur Lazaridis est-il debout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicente H. Lazaridis
FREAKYADMINDon't play mastermind with me, i'll win.
avatar

Nombre de messages : 96
Humeur : FUCKED UP

MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   Mar 5 Mai - 5:31

    Vicente avait toujours été très difficile envers les danseurs. Il connaissait très bien son métier et était donc bien placé pour faire de bonnes critiques. Le danseur avait été, dans ses jeunes années, le meilleur danseur de foxtrot des États-Unis. Il représentait l'Amérique dans des concours internationaux et tout le monde le reconnaissait. Une vraie légende. Il avait vécu ses années de gloire, cependant, et maintenant il avait décidé de se retirer du monde de la célébrité. On parlait encore de lui, mais on parlait de lui comme d'un fantôme. Évidemment, il tentait de ne pas se faire oublier et avait donc fait parti du jury de plusieurs émissions de talent, telle So You Think You Can Dance. Maintenant, Vicente enseigne dans ce Conservatoire de danse réputé dans le monde entier, et on parle encore de lui. Comme si la population pouvait vraiment se lasser d'une figure artistique aussi mystérieuse que Lazaridis. Tout cela pour vous dire que bien qu'il soit très exigeant, il avait toujours trouvé qu'Addisyn se démarquait du lot de professeurs. Son corps ne faisait pas que danser. C'était son être et son âme au complet qui dansaient. Elle s'abandonnait à la musique, laissant son esprit se perdre dans cet autre monde que l'art nous offre. Vicente aurait pu la contempler pendant des heures encore, seulement, la fixer trop longtemps le faisait sentir mal à l'aise. Pas parce qu'il se sentait voyeur, car au Conservatoire l'intimité n'était plus un mot que l'on connaissait. C'était parce qu'il pourrait trop facilement tomber amoureux d'elle rien qu'en la regardant. Addisyn représentait une menace pour les promesses que Vicente s'était faites. Après avoir eu le coeur brisé une fois, il s'était juré ne plus jamais se donner coeur et âme pour une femme. Pas même si celle-ci semblait avoir été conçue entièrement pour sa petite personne. C'est pourquoi il romput le charme de cette musique envoûtante en fermant la radio après avoir pénétré dans la salle de danse. Nullement agacée, Addisyn vint le rejoindre en souriant en rangeant le disque. « Oh mais est-ce que j'ai dit le contraire, ma chère Addisyn ? » Cette blondinette était l'une des seules personnes à avoir réussi à faire de Vicente quelque chose d'humain. Avec les candidats, les élèves et certains autres professeurs, il se montrait froid, mystérieux, distant, dur et directe. Il donnait l'impression d'avoir un coeur de pierre et de ne faire que ce qu'il avait à faire, sans y prêter plus d'attention. Addisyn avait cependant su comment le cerner, et depuis ce temps, elle arrivait à sortir quelque chose de bien de sa bouche. En sa présence, il dégageait de la chaleur, de la bonté, et même de l'humour. La demoiselle réalisa en fait que la musique qu'elle venait d'écouter lui appartenait. « En vérité, ça m'agace un peu .. les traces de tes doigts crasseux se retrouveront partout derrière le disque, maintenant .. » Dit-il sèchement, en posant ses yeux sombres surmontés de ses sourcils froncés sur Addisyn. Après un moment de défi, il sourit. « Mais non, voyons. S'ils sont ici, ce n'est pas pour faire joli. » Après avoir tout rangé, la professeur posa ses mains dans le bas de son dos et, bien droite, lui demanda ce qu'il faisait debout. Vicente soupira. « Eh bien ça, madame Wilkinson, c'est parce que monsieur Lazaridis souffre d'insomnie depuis l'âge de ses seize ans. » Les raisons expliquant ce phénomène désagréable l'étaient encore plus.

_________________

    she’s strong, pushes on, can’t slow her down
    and she can take anything life dishes out
    there was a time, back before she was mine
    there's this time when I thought I was tough
    ©️ DA•SVITANIA - SILK STOCKING - TOUGH.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Addisyn Wilkinson

avatar

Nombre de messages : 30
Humeur : GREAT

WANNA DANCE WITH SOMEBODY
Statut: Professeur
Danses pratiquées: Flamenco
Affinités:

MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   Mar 5 Mai - 14:07

    Après la mort de ma mère, je m’étais jurée de veiller sur mon père, car il était totalement dévasté. C’était comme si il y avait eu une tempête et qu’elle avait tout emportée sur son passage. J’étais prête à tout quitter même mes rêves les plus fous. Je ne pouvais me résoudre à abandonner ce qui m’on donnés ce goût avancé pour la danse. Il était sacrilège d’oublier tous les sacrifices qu’ils avaient faits pour moi et pour mon épanouissement dans la vie. En un rien de temps la vie peut s’écrouler. Elle avait un cancer du sein, elle ne voulait pas en parler, même avec mon père ou alors c’était très vague. Elle était très forte mentalement et je n’oublierais jamais son doux visage étendu sur le lit d’hôpital. Mon père m’interdisait de renoncer à mes rêves. Il m’avait confié que le dernier souhait de ma mère était que je finisse l’école pour enfin entamer ma carrière de professeur de flamenco. Alors j’entamais ma carrière et lors de mes représentations je mettais ma peine dans la danse. Les spectateurs étaient époustouflés par ma présentation et demander souvent quel était le moteur de toute cette énergie. Je leur disais souvent que le soutien familial était primordial ainsi que le travail. Mon père assistait à chacune d’elle et était très fier de moi. Il me disait que je ne pouvais pas rendre plus heureuse ma mère. J’étouffais une larme et me blottissais dans ses bras. On m’avait dit que cette maladie était génétique, j’avais appris que ma grand-mère en était morte et que sûrement je l’aurais, ou si j’avais une chance inouïe je ne l’aurais pas. Les écoles d’Europe ne me suffisaient pas, je dus donc aller au Mexique. J’aurais très bien pu aller en Espagne qui est le berceau de cette merveilleuse danse, mais j’avais une tante qui m’avait dit qu’il rechercher un professeur de flamenco au Conservatoire de la Soledad. Au début j’étais hésitante et ce fut mon père qui me graissa la patte. Seulement je lui avais promis d’accepter s’il venait emménager à Mexico avec ma tante. Résultat : maintenant il coule des jours heureux et ma tante s’occupe bien de lui. Je me débrouillais très bien en espagnol, malgré mon petit accent anglais persistant. Aux premiers abords, on aurait pu croire que Vicente était une personne froide, sans aucune pitié avec un cœur de pierre. Sec et insociable. Seulement lorsque vous apprenez à percer la carapace petit à petit, vous voyez un petit espoir et une fleur s’ouvrir à vous pour vous révéler ce qu’elle a de meilleur en elle. J’étais en quelque sorte une des rares personnes à pouvoir parler en toute sérénité avec cet homme. Je le regardais dès à présent dans le profond de ses yeux et je souriait. « Non mais on aurait dit que tu le sous-entendais Vicente. » Je riais légèrement et me positionnait confortablement. J’arquais légèrement un sourcil à ce qu’il venait de me dire. Son regard se faisait plus dur et franc, mais en aucun cas il ne me faisait peur, au contraire je m’en amusais. Je n’aimais me faire mener à la baguette du moins c’est après que je m’étais rendue compte que les hommes ne me traitaient guère comme une femme mais comme de la marchandise. « Ah bah moi qui croyait que c’était pour faire joli.. Oh je vois ça. Cela ne doit pas être très agréable de ne pas beaucoup dormir. » J’arrêtais deux minutes de parler et je replaçais quelques mèches de mes cheveux blonds. « Alors comment se porte tes chers élèves ? Est-tu content d’eux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicente H. Lazaridis
FREAKYADMINDon't play mastermind with me, i'll win.
avatar

Nombre de messages : 96
Humeur : FUCKED UP

MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   Mer 6 Mai - 2:47


    Vicente n'aurait jamais juré de veiller sur son père. Il ne donnerait jamais pareil cadeau sachant qu'il avait reçu tout le contraire. En effet, son père l'avait battu jusqu'au sang durant son enfance. Il n'était pas rare que le petit Lazaridis rentre de l'école et rentre dans sa chambre pour faire ses devoirs bien tranquille, et que son père pousse la porte tranquillement, le prenne par la tête et fracasse celle-ci sur le bureau. Il était complètement saoul, bien sûr, mais ça ne pardonnait rien. Il lui criait qu'il était une mauviette, qu'il était faible et que jamais il ne rendrait son père fière. Il le balançait de murs en murs, lui criant des injures, lui disant à quel point il aurait préféré ne jamais l'avoir conçu. Vicente n'a jamais reçu d'amour de la part de ses parents. C'est étrange à dire, mais alors qu'Addisyn aurait tout fait pour les garder à ses côtés, lui aurait tout fait pour les voir crever sous ses yeux. S'il était aussi froid et dur maintenant qu'il était adulte, c'était de leur faute. S'il n'avait pas d'enfants même à 35 ans, c'était par peur de devenir comme son père. Il ne voulait pas. Tout simplement pas. Encore aujourd'hui il portait des cicatrices sur lui. Autant mentales que physiques. Ses yeux vides de sentiments étaient cependant ce qu'on remarquait le plus rapidement en le croisant. C'était d'ailleurs encore difficile de comprendre pourquoi Addisyn n'avait pas pris ses jambes à son cou, la première fois qu'elle avait adressé la parole à Vicente. Heureusement qu'elle ne l'avait pas fait, toutefois. Il aurait bien trop perdu. « Crois-moi, je ne fais jamais de sous-entendus. » Dit-il, prouvant ainsi son caractère assez direct. Vicente ne prenait pas quatorze chemins pour se rendre à la même place. Aussi bien prendre le plus rapide et le plus court. C'était plus facile et de toute façon, à quoi servait de tourner autour du pot ? Le temps était bien trop précieux pour être gaspillé, selon notre danseur de foxtrot connu du monde entier. Il sourit à Addisyn tout en croisant ses bras sur son ventre et s'adossant au mur derrière lui. La blondinette avoua que ça ne devait pas être facile de ne pas pouvoir dormir. Vicente haussa les épaules, indifférent à ces paroles. « Oh bah tu sais, on s'habitue, à force .. » Au moment où le trentenaire, à ce moment-là adolescent, était tombé dans les drogues et avait commencé à vivre de nuit et de mensonges, il avait commencé à perdre la notion du temps. Il avait développé sa capacité à rester éveillé même quand la fatigue le gagnait. Autrefois, c'était pour profiter le plus possible de sa vie et de la noirceur de minuit. Aujourd'hui, c'était parce que cette mauvaise habitude n'avait toujours pas daignée partir. Il aurait adoré pouvoir poser la tête sur son oreiller et s'abandonner aux bras de Morphée. Mais c'était impossible. Il avait tout essayé. Même les somnifères ne lui faisaient plus aucun effet. Alors la plupart du temps, il se promenait tel un fantôme dans le Conservatoire ou à l'extérieur, ou fixait le plafond de son dortoir privé. Addisyn le sortit de ses pensées nostalgiques en lui demandant s'il était content de ses élèves. Vicente esquissa un sourire et releva la tête. « De moins en moins. Je n'aime pas leur attitude. Ils commencent à prendre la grosse tête, et n'ont pourtant aucune raison de le faire. Ils se croient déjà supérieurs aux autres futurs élèves sans même avoir fait leurs preuves. Je déteste ce genre de comportement. Mais bon, ils font bien ce qu'ils veulent, non ? De toute façon, ça ne sert à rien de parler avec les jeunes d'aujourd'hui, ils se foutent de tout. Et toi, tu t'en sors avec eux ? » Demanda-t-il, comme pour éviter de se frustrer. Ce sujet était très délicat aux yeux de Vicente. Ce qui se passait dans ce Conservatoire l'agaçait, bien qu'il paraissait rester de marbre face aux événements. Il s'en fichait tout en détestant cela. Il n'était pas inquiet pour les candidats, non il avait mieux à faire que ça. Il était juste déçu de l'attitude de ses danseurs.

_________________

    she’s strong, pushes on, can’t slow her down
    and she can take anything life dishes out
    there was a time, back before she was mine
    there's this time when I thought I was tough
    ©️ DA•SVITANIA - SILK STOCKING - TOUGH.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dance with me. [ R]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dance with me. [ R]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le conservatoire. :: Les salles de danse. :: Salle #2-
Sauter vers: